Contre-plongée, 2015

Le photographe a décidé en 2015 de fuir les foules de touristes collées aux lieux emblématiques de la capitale londonienne pour en extraire une série
de portraits dans les quartiers les plus anodins. Il a passé des heures à marcher et cela a été propice à son introspection tout en prenant le temps
de contempler le monde qui l’entourait. La prise de vue en contre-plongée lui a permis de magnifier le commun des mortels, l’invisible, l’homme de la rue,
celui qui marche tous les jours pour se rendre à son travail. Un regard concentré, un sourire incontrôlé, une complicité réciproque, tout passe
par une sensibilité instinctive et le rêve est sans limite.